Le street Art, la star locale !

La Réunion est un vivier pour le street-art, du dessin à la bombe, de la feuille au mur, des murs à des façades d’immeuble et puis carrément sur des toiles pour finir dans des galeries d’art… Le graffiti local n’a rien à envier à ce qui se pratique dans les grandes métropoles de l’Hexagone.

Tour d’horizon des figures du graff 974

Gorg One

Gorg One

Ce bougre-là grandit pas loin de Marseille. Il fait ses armes avec la peinture traditionnelle avant de passer au street-art. Il a commencé par les expos avant de se lancer dans le graffiti. En 2010, il envahit les murs de nos villes avec ses animaux poétiques, majestueux et colorés. Ses fresques sont de plus en plus grandes, il aime ça. On peut d’ailleurs admirer son travail au Port notamment en face du Mac Do.

Ant de Pandakrew

Comme son nom l’indique le Pandakrew est un « crew », comprenez un collectif. Originaire de Lyon, ces artistes ont vu partir l’un de leurs membres pour notre île. Voilà comment Ant de Pandakrew s’illustre depuis plusieurs années sur les murs et dans les expos avec ses pandas emprunts de hip-hop et de bonhomie. Toujours en noir et blanc, les oeuvres d’Ant s’arrachent comme des petits pains à chaque expo !

Mégot

Comme son nom l’indique le Pandakrew est un « crew », comprenez Son truc à lui, ce sont les formes géométriques. Le noir, le blanc et le rouge. Pour lui, pas question de tomber dans le traditionnel lettrage son style est fait de symboles, de mandalas et autres formes répétitives. Une manière de symboliser l’énergie.

Méo

Le maître du graffiti réaliste à la Réunion. Un vieux de la vieille comme on dit. Il est un peu sauvage, on n’entend jamais parler de lui, sauf quand il peste contre les journalistes qui osent parler des ses œuvres version XXL offertes au domaine public. Il faut dire qu’elles sont grandioses. Des personnes du quotidien peintes avec un talent incroyable. Si vous voyez des portraits immenses dans les rues, c’est lui !

Floe

Une jeune femme toute fluette qui aime peindre de grosses dames. On ne peut pas les louper si on passe devant. Elles ne sont pas forcément très belles, souvent poilues, toujours sexy et constamment pliées en quatre. Floe aime peindre des fresques XXL elle aussi et elle aime malmener ses bonnes femmes. On ne comprend toujours pas pourquoi, cette artiste est adorable, on lui donnerait le Bon Dieu ….

Jaune

Ce Belge fait dans le pochoir. Il met des personnalités de la Réunion à l’honneur et fait souvent passer des messages engagés. Jaune choisit donc toujours des lieux hyper fréquentés pour marquer son passage histoire d’être vu par le plus grand nombre. Tout le principe de l’engagement en art …

Fantômette

La jeune femme est partie depuis quelques années de la Réunion, mais son oeuvre reste marquée sur les murs. Son truc : les peintures aux messages bien ciblés et toujours avec humour. Nos préférées : «Si vous pensez que l’aventure est dangereuse, je vous propose la routine, elle est mortelle ! ». « Les murs ont des oreilles, les Zoreys ont des murs ». « Il vaut mieux être saoul que con, ça dure moins longtemps ».

Jace

On ne le présente plus. C’est le King du Graf à La Réunion, enfin c’était, car la relève est bien là. C’est lui qui a contribué à placer la Réunion sur la scène internationale du street-art. Jace, c’est le papa des Gouzou. Ces petits bonhommes oranges sans visages et pourtant si expressifs ! Jace en a peint partout sur notre île pendant longtemps, dans les endroits les plus inattendus. Et puis, il a continué un peu partout dans le monde. Expositions, bouquins, il a même ouvert une boutique, l’usine à Gouzou à Saint-Pierre. Ses fans chassent les Gouzou et les mitraillent sans modération à coups de photos !

Kid kreole et boogie

Des enfants de la balle. Ces deux réunionnais se sont rencontrés à l’école des Beaux-Arts du Port. Depuis, ils ne se sont plus quittés. Leur travail est remarquable. En noir et blanc, particulièrement mystique. Ils aiment les univers oniriques et les âmes errantes. Leur travail ne ressemble à aucun autre. À découvrir !

Oner

Arrivé à La Réunion à l’âge de 10 ans, Oner s’est illustré dans le monde du graf underground en mode vandale. Depuis, l’eau a coulé. Il travaille beaucoup sur des sujets animaliers encore vivants ou disparus avec des couleurs joyeuses. Oner est connu pour avoir monté l’association Product’R qui valorise l’art du graffiti à La Réunion, mais pas seulement… Elle fait bouger les choses d’un point de vue politique !

La nouvelle génération qui monte, qui monte 

ABR

A beasty Rage, son truc à lui ce sont les monstres horribles, pleins de dents et pleins de bave, en total contraste avec les couleurs éclatantes qu’il utilise.

Abeil

Après avoir fait ses armes avec des nounours trop mignons, Abeil peint désormais un univers où les animaux ont des corps d’homme, les hommes des têtes d’animaux. Ambiance sombre, pas toujours très gaie. Abeil continue de graffer mais il rayonne surtout sur les toiles et à travers les expos.

Waroox

Encore un qui est passé du mode vandale underground au monde de l’art officiel. Waroox est un Saint-Leusien, installé à Bordeaux où il a installé son atelier. Il revient fréquemment dans son île où il enchaîne les fresques sauvages, les peintures monumentales officielles et les expos. Son univers est très imprégné de la culture pop, bourrée de symboles et de couleurs.

ET ON N’OUBLIE PAS…

Tata, Flo à fleur, MLC Prod, Dwane, L1di1, Kmiz, Omouk, Sainge, Sept ou encore JonBob…Pour tout savoir sur le street art à la Réunion : www.streetart-reunion-island.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.