Les pétrels, vedettes de l’ombre

Quand vous imaginez les oiseaux de La Réunion, il y a en a un qui revient toujours en premier : le paille-en-queue. Normal c’est un emblème touristique. Ceux qui connaissent mieux l’île et sa faune, penseront en second au Papangue, notre petit aigle local. Majestueux, il tourbillonne dans le ciel à la recherche de musaraignes et de tangues. Et puis, il y en a un que l’on ne connaît pas : le Pétrel de Barau. Et pourtant, c’est un animal endémique de La Réunion. Ça veut dire qu’on le trouve uniquement chez nous ! Les scientifiques ont commencé à l’étudier en 1960 et c’était pas trop tôt. Parce que ces oiseaux marins ont besoin d’être protégés de l’activité humaine, mais aussi des chats et des chiens errants. En fait, ces oiseaux marins gris et blancs n’ont pas vraiment de pattes qui leur permettent de marcher. En effet, ils passent la majeure partie de leur temps sur l’océan d’où ils prennent leur envol pour revenir le soir nicher dans les cavernes rocheuses (jusqu’à 2800 mètres d’altitude). Le  problème, c’est que les pétrels sont fortement gênés par la pollution lumineuse la nuit. Attirés par les lumières, ils tombent comme des mouches et ne peuvent pas redécoller à cause de leurs fameuses petites pattes… Imaginez, pendant un match de foot, les pauvres bêtes tomber sur le gazon… Et bien ce n’est pas une  blague. Régulièrement, le Parc National de la Réunion organise des « Nuits sans lumière ». Certaines communes ont pris des mesures toute l’année mais c’est loin d’être suffisant. 

Pour tout connaître sur le Pétrel de Barau : www.petrels.re. Le numéro à appeler si vous trouvez un Pétrel au sol : et la SEOR au 02 62 20 46 65 (ou les pompiers).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *