La musique emblématique de la Réunion

C’est LA musique emblématique de La Réunion. Héritée des esclaves, qui chantaient et dansaient souvent en cachette dans les plantations, le maloya a traversé les siècles. Longtemps interdit, d’abord par les propriétaires terriens, puis par l’administration coloniale qui craignait qu’il ne cristallise les revendications indépendantistes, le maloya ne survivait que dans des concerts clandestins. En 1976, il renaît de ses cendres avec le premier vinyle de la troupe de Firmin Viry. D’autres artistes – comme Danyel Waro, Gramoune Lélé ou Ziskakan – lui emboîtent le pas et redonnent au maloya ses lettres de noblesse. Cette musique, chantée dans les rituels rendant hommage aux ancêtres – les fameux servis kabaré – est devenue synonyme de douleur, de révolte ou de revendication.

Plus qu’un pilier de la culture réunionnaise, le maloya est classé par l’UNESCO au patrimoine culturel immatériel de l’humanité depuis le 1er octobre 2009.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *